Actualités du domaine Le club Leflaive
FR / EN

03.
La main
de l'homme

La main de l’Homme

La vigne fait le vin. Pour qu’elle produise le meilleur d’elle-même, la vigne doit puiser son énergie dans l’intelligence sensible des phénomènes naturels. C’est au vigneron de favoriser un environnement riche, vivant, en harmonie avec les forces de la Nature. Le Domaine Leflaive conduit ses vignes en biodynamie depuis plus de 25 ans. Cette éthique sans compromis et pourtant si pragmatique est aussi une recherche d’excellence. C’est ainsi que les grands vins naissent.

- 01 -

Éloge de la sobriété, la philosophie Leflaive

Il faut respecter la vigne pour qu’elle donne ce qu’elle a de meilleur. La travailler minutieusement, dans une sobriété de moyens qui laisse s’exprimer la nature. La famille Leflaive porte ces valeurs depuis l’origine : quand Joseph Leflaive entreprend de replanter le vignoble après la crise du phylloxera, il tente de s’adapter à chaque Climat pour en révéler sa personnalité. Aujourd’hui, toutes les parcelles, de la plus simple au Grand Cru le plus recherché, sont suivies avec cette même attention à la singularité.

Aux vignes de Puligny, à l’origine du Domaine Leflaive, se sont ajoutées ces dernières années, des acquisitions de vignes, en Côte de Beaune et dans le Maconnais qui ont immédiatement été converties à la biodynamie. Dans les Hautes Cotes de Beaune, la plantation en 2021 en vignes d’un ensemble de prairies au très beau potentiel a suivi un patient processus d’observation du comportement des sols, préservation de l’écosystème en place, respect de la biodiversité…

Les meilleures pratiques s’appliquent partout parce la quête d’excellence inspire les gestes quotidiens des équipes du Domaine Leflaive.


Exigence de la biodynamie

Au-delà des bienfaits de l’agriculture biologique, qui exclut tout produit chimique de traitement, la biodynamie renforce la santé de la vigne, améliore la qualité des sols, préserve l’équilibre de la faune et de la flore, respecte les rythmes terrestres et lunaires. Rendements strictement maîtrisés et récolte à bonne maturité complètent cette sagesse de l’action. Afin de favoriser l’expression de chaque terroir pour faire des vins vivants.

01/03

Exigence de la biodynamie

La biodynamie n’est ni un dogme, ni une fin de soi. C’est une exigence de respect, d’observation de la nature pour lui apporter ce dont elle a besoin. C’est un moyen pour aller vers toujours plus d’excellence, plus de beauté. C’est aussi un savoir-faire qui se partage entre les équipes du Domaine Leflaive et ceux qui viennent les étudier avec nous.

02/03

Exigence de la biodynamie

Les connaissances accumulées sur le vignoble historique de Puligny-Montrachet servent la mise en place des meilleures pratiques biodynamiques dans les vignes du Mâconnais, acquises plus récemment. 

03/03

PIERRE VINCENT - DIRECTEUR GÉNÉRAL

« Chercher le détail, chaque jour »

PIERRE VINCENT

« Nous cherchons chaque jour le détail qui apportera plus de précision à nos pratiques culturales. La biodynamie est notre socle, la rigueur notre quotidien : bien faire, en temps et en heure. A l’opposé du systématisme, qui ne fait pas de distinction quelle que soit la parcelle. Nous passons peut-être plus de temps dans une vigne en appellation Bourgogne qu’en Grand Cru, parce que ce sont des terres sensibles à l’humidité, où l’herbe pousse plus facilement, où nos équipes travaillent les sols plus régulièrement.


La taille de la vigne est une pratique ancestrale sur laquelle nous cherchons aussi les détails d’amélioration. Nous avons introduit la pédagogie de Simonit et Sirch parce qu’elle a fait ses preuves. Rien de révolutionnaire, eux-mêmes le disent. Un exemple : nous n’osions pas plier toutes les baguettes de la vigne dans le même sens de crainte de les casser. Avec eux, nous avons osé ! L’intérêt ? Éviter les entassements de végétation, donc les maladies potentielles, ainsi que les grosses plaies de taille, traumatisantes pour le bois. Au final, nous prolongeons la longévité des vignes. Et une vieille vigne donne de meilleurs vins parce qu’elle produit moins de raisins plus qualitatifs. La vigne fait bien le vin parce qu’il n’y a pas de grands vins avec de mauvais raisins. »

- 02

Les vertus du labour à cheval 

Sur le domaine, les parcelles de grands crus et certaines de premiers crus comme les Pucelles sont labourées au cheval. Loin d’être un artifice, la pratique présente un véritable intérêt agronomique. En plus de supplanter l’utilisation de désherbants et de proposer un bilan carbone nul, le passage du cheval permet de moins tasser les sols et de favoriser la vie organique. Il suffit de marcher entre les rangs de vignes pour se rendre compte que la terre y est très souple, comme un matelas de coton. Les racines vont plus facilement plonger et explorer la partie profonde des sols, la véritable nature du terroir. Le cheval est utile également pour son travail de précision, notamment sur des parcelles qualitatives de vieilles vignes : il peut sentir la résistance d’un pied et marquer le pas, quand un engin mécanisé l’accrochera et souvent l’arrachera. Trois chevaux sont actuellement à demeure à Puligny-Montrachet, choyés par le gardien du domaine.